Sans l'espérance de lendemain
Manipulés par un infâme destin
Des petits corps squelettiques
Errent dans une vie si tragique

Leurs yeux étincelants exorbités
En quête d'un soupçon de gaîté
Abandonnés à leur triste sort
Parce que vivants, est leur tort

Festoyant dans les poubelles
Buvant l'eau tarie des ruelles
Vêtus de lambeaux de valeur
Reliquat d'un monde meilleur

Cibles vivantes pour certains
Dans les pays latino américains
Jouets de corps et de chair
Pour touristes "débonnaires"

Les petites mains si déformées
Par des travaux très mal payés
Habillent le bon peuple sournois
Et les grands sportifs de surcroît

Menés au combat par des démons
Ils avancent baïonnette au canon
Armés de fusil plus grand qu'eux
Ils vont à la mort au nom de dieu

Tel est le tragique cheminement
Des pantins sans papa ni maman
Articulés par des mains obscures
Invisibles de la noble magistrature

31/10/2001

©Jacques Dognez.