La tulipe

Simple, double ou panachée, la tulipe vous enchante. Pourtant, méfiez-vous d'elle. Son histoire le prouve, elle peut rendre fou. Offerte à une femme, elle parle net et ne s'embarrasse pas de formules creuses. Elle lui dit : « Tu as de beaux yeux. Tu triomphes. Je suis à toi », Envoyée à un homme comme aux siècles passés, elle lui témoigne une profonde estime, une confiance sans faille et lui promet une durable amitié. À tous deux, elle annonce la renommée.

Découverte par les botanistes hollandais dans les jardins du sultan de Constantinople au XV1e siècle, en un voyage interminable, elle subit les cahots de la malle-poste. Sitôt débarquée, elle se diversifie en une variété infinie de formes et de couleurs. Et déclenche une passion irrépressible, la tulipomanie. On spécule, on vend ses biens, on se ruine pour acquérir des oignons nouveaux. Au mariage de Louis X111, le bulbe de tulipe se vend au prix du diamant. Rubens élève de hauts murs autour du jardin secret où il collectionne les espèces rares et bientôt La Bruyère, dans ses Caractères, décrit un doux maniaque, l'amateur de tulipes:

« Vous les voyez planté et qui a pris racine au milieu de ses tulipes(...) devant la Solitaire, il ouvre de grands yeux, il frotte ses mains, il se baisse, il la voit de plus près , la quitte pour l'Orientale, oublie de dîner (...) il revient chez lui fatigué, affamé, mais fort content de sa journée : il a vu des tulipes».

Pas de doute, cette reine plaît autant aux hommes qu'aux femmes et ne cultive pas l'angélisme. Fanfan La Tulipe, sous les traits de Gérard Philipe, un brave de braves, la porte à la bouche pour monter à l'attaque et la reine mère d'Angleterre n'en orne pas ses chapeaux.

Tulipa

« Si belle qu'elle peut rendre fou »

Texte de Nicole Parrot

La maison Rustique Flammarion