« Ardeur, fidélité conjugale, tendresse »,  souhaite l’oeillet.  Il ne s’en tient pas là et diversifie ses messages en fonction de sa couleur ou de sa famille.  Ainsi, en l’offrant ou en le recevant, chacun peut découvrir une réponse à ses questions.

Sous sa couleur blanche, il garantit : « Mon amitié est vive ».  S’il avoue son amour, il se désole : « Vous n’avez pas de cœur », ce qui ne l’empêche pas de reconnaître : « Vous avez du talent ».

 Rose il soupire : « Ah l’amour d’une femme! » et rose panaché, se fait plus direct : « Je vous aime avec ardeur ».

Rouge, il choisit l’optimisme : « J’ai foi en votre amour ».  En cas de contrariété, il cède à l’emphase : « Mon cœur saigne », « Hélas pour mon pauvre amour! ».  Attention, utile à savoir, jaune, il lâche : « Dédain ».  Sans doute celui dont souffre la personne qui offre le bouquet.

En revanche, s’il appartient è la famille «oeillet de poète », il avoue dans toutes les couleurs : « Je suis votre esclave » et déclare son « admiration », jumelée avec son « Désir de plaire ».  Panaché, il laisse tomber : « Refus ».

Enfin, l’oeillet mignardise loue la grâce de l’aimé (e)

En résumé, la fleur joliment chiffonnée, au parfum musqué, a un fier tempérament et un sacré caractère.  L’œillet de poète, le bien nommé, illuminant la veste bleue nuit de Charles Trenet, marque de sa joyeuse note écarlate les soirées enchantées de ses récitals.

Blanc, il se pose sur le smoking des danseurs et des élégants.  Fred Astaire en a utilisé des champs entiers et John Galliano, déroutant tous ceux qui aiment interroger le langage des fleurs, a présenté les collections Dior de l’hiver 2001 un magnifique oeillet vert épanoui au revers de son costume strict.

Enfin, tous les mariés, selon la tradition, savent qu’il s’impose ce jour-là, en blanc.  Pour les femmes qui, souvent, aiment piocher des idées dans la garde-robe des hommes, décidément, l’œillet est une fleur toute nouvelle.  À découvrir.

Diantus

  « Pour les amoureux et les poètes »

 

Pour plus d'informations sur la culture de l’oeillet :
Livre: Langage des fleurs
Texte de Nicole Parrot