Recevoir un nymphéa ou un nénuphar (c’est la même fleur sous deux noms différents) est signe d’heureux bouleversement.  La jolie fleur en forme de calice protège les amoureux, les inspire et les incite à s’élever au-dessus des voluptés sensuelles.  Afin qu’ils puissent ainsi aiguiser leur intuition et leur pensée créatrice.  Rouge, le nymphéa déchaîne les passions les plus déraisonnables.  Blanc, il suscite des idées imprévues et réserve des surprises.  Le jour, il se laisse cueillir sagement malgré son odeur fade plutôt dissuasive.  La nuit, il laisse échapper des naïades ou des fées des eaux qui se mettent à danser au clair de lune.  Tous les chasseurs de gibier d’eau, des poètes comme chacun le sait, vous le confirmeront.

         Tout ça parce qu’une belle nuit indienne, l’étoile du berge et l’étoile polaire se querellèrent et en vinrent aux mains.  Elles se battirent comme des voyous.  Dans les cieux, astres et divinités retenaient leur souffle.  Le corps à corps fut si violent que des étincelles en jaillirent.  Tombées sur lacs et rivières, elles s’y métamorphosèrent en « lis sacré des eaux », comme on surnommait autrefois les nymphéas.

      Mais on ne saurait dire « nymphéas » sans penser à Claude Monet.  Le grand peintre impressionniste leur consacra ses dernières années, retiré dans son jardin de Giverny, et leur dédia ses plus beaux tableaux.  Tant et si bien que, selon le philosophe Gaston Bachelard, depuis qu’il les « a regardés, les nymphéas de l’Île-de-France sont beaucoup plus beaux et plus grands ».

Nympheae

« Intuition et idées créatives »

Pour plus d'informations sur la culture du nymphéa :
Livre: Langage des fleurs
Texte de Nicole Parrot




©Copyright Florelou 2003.  Tous droits réservés