Illusions

 Adossé contre un arbre, un vieillard,  Se tient , immobile, seul le regard,  M'interpelle ,je m'installe vers lui,  Et je réfléchis quant à ma vie,  Il se rend compte de ma présence,  Alors que je ressentais son absence,  Sa douce main me touche simplement,  Semblable à la caresse du vent,  Un tableau se dessine devant moi,  Plusieurs animaux sortent du bois,  Ainsi que de petites elfes, des lutins,  Faisant une ronde se donnant la main,  Je n'ai besoin d'aucun mots,  Tout est tellement irréel , beau,  Il y a une magnifique Dame,  Qui devant moi danse, se pâme,  Que se passe-il donc ou encore ?  Un bruissement se fait bien plus fort,  C'est la venue de jolis champignons,  Accompagnant de douces chansons,  Les arbres font de jolies courbettes,  Tous les oiseaux content fleurettes,  La lune, le soleil se rencontrent,  Il n'y a vraiment rien à comprendre,  Même, vient-il de naître ? un faon,  Se couche, se love tout tendrement,  Contre un loup gris venu d'ailleurs,  Cet instant n'est fait que de bonheur,  Pourtant je n'ai rien d'un bel ange,  Et déjà le paysage change,  Cela ressemblait un peu au paradis,  Mais moi, moi je suis encore en vie,  Je me retourne, nulle trace de vieillard,  Il était là, je l'ai senti au départ,  Ai -je rêvé ? une hallucination ?  Où n'était ce qu'une belle Illusion ?  Qu'importe, cela n'existe plus,  Bien sûr puisque vous ne l'avez pas vu,  En entrant tout au fond de moi, c'est écrit,  Mais quoi donc ?illusion ou paradis ? 

©Michèle R.