Ma fille aux longs cheveux bruns
 
Au détour d’un tout petit chemin,
Alors que je pensais à mon destin,
Une jeune fille me salue de la main,
Le nez en l’air cela lui va très bien,
Nos regards se croisent simplement,
Ses cheveux virevoltent au gré du vent,
Elle s’assied par terre délicatement,
Ses doigts touche la terre, la caressant,
Nous n’avons pas le même âge,
Nos présentations sont sages,
Elle aime la liberté, pas les cages,
Elle me montre des dessins d’alpages,
Inconnues, il y a encore une heure,
Elle respire plein de bonheur,
Elle parle d’un saule pleureur,
A qui elle raconte ses douceurs,
C’est un vrai cadeau cette fille là,
Elle veut juste m’expliquer à moi,
Son amour de la terre, ses lois,
Mais je ne la comprends pas,
Je sais que nous sommes déjà amies,
Je lui parlerai de ma simple vie,
Elle ne se fait pas de souci,
J’ai envie de lui dire vite merci,
Elle se lève et disparaît rapidement,
Toujours aussi aérienne que le vent,
Elle agite sa main négligemment,
Et crie, je suis libre comme le vent,
Je sais que je la reverrai bientôt,
Nous échangerons des mots,
Elle me parlera des fleurs, tout haut,
Cela avant que le soleil ne soit de nouveau.
Michèle R.