Le dernier ballet

Le silence en une fois se fait dans la salle
La danseuse entre sous un projecteur pâle,
Mais ce soir, il y a une grande différence
C’est la toute dernière fois qu’elle danse.

Le public dans la salle, ne le sait pas encore
Il n’y a que de l’amour dans tout son corps.
Ces gestes sont extrêmement gracieux
C’est presque une louange pour Dieu.

Elle semble si petite et si grande à la fois
Que sous la musique tout son corps ploie!
Le projecteur éclaire doucement sa tête
Sa chevelure en un chignon est faite.

Elle vient de fusionner avec sa danse
En un geste majestueux, elle s’élance.
Le public retient maintenant son souffle
Elle n’existe déjà plus, ni ne s’essouffle.

L’orchestre vient de s’arrêter de jouer
Pour la dernière fois, elle a dansé.
Lentement, elle retire son beau masque
Sans faire la moindre petite frasque.

Délicatement avec amour, elle pose à terre
De son plus beau rôle, elle vient de s’extraire.
Avec élégance, elle défait ses longs cheveux
D’interminables larmes coulent de ses yeux.

Elle est l’incarnation même de la beauté
Elle va vivre sa vie de femme en réalité.
Car en elle bien cachée, elle porte la vie
Fruit de cet amour inconditionnel à l’infini.

29/04/2001
©Michèle R.